fbpx

Adieu Google Plus, nous ne te regretterons pas !

Google + s’en est allé. Concurrent désigné de Facebook, le réseau social de la firme de Mountain View n’a jamais réellement réussi à s’imposer dans le cœur des utilisateurs. Nécrologie 2.0 du défunt.

Si nous sommes réunis aujourd’hui dans la maison des serveurs, c’est pour honorer la perte d’un ami. En effet, le 2 avril dernier, notre compagnon réseau social Google + s’est éteint, sans souffrance et dans un relatif silence, comme il avait vécu pendant 8 années.

Une enfance heureuse

Une naissance attendue

8 ans déjà que tes parents t’ont mis au monde. Que le temps passe vite. « Tempus fugit » en latin. À peine débarqué, tout le monde voulait te voir et t’adopter. Il est certain qu’après l’effervescence créée par ton grand-frère Gmail en 2007 et les invitations distribuées au compte-gouttes, plus personne ne voulait manquer la naissance d’un enfant de la famille Google.

2011 donc, tu es arrivé, si beau avec ton esthétique épurée et ton concept destiné à concurrencer le géant Facebook. Tu nous promettais de pouvoir réunir nos contacts autour de « cercles » bien distincts et indépendants :

  • famille,
  • amis,
  • travail…

Grâce à cela, impossible d’envoyer par erreur les photos de l’anniversaire de Tante Odette aux collègues de boulot et inversement d’inviter les amis du club de philatélie au pot de départ de Michel de la comptabilité.

Comment expliquer l'échec de Google + ?
Voici le tout premier logo de la plateforme censée concurrencer Facebook.

Des débuts prometteurs

En grandissant, tu as évolué et tu as développé un goût certain pour la photographie avec Google Photos. Tu as su proposer des contenus pertinents à tes fidèles grâce aux « déclics » (« sparks » en anglais) et tu as prôné l’échange avec le service de messagerie Hangouts.

Les déçus de Facebook ou Twitter ont trouvé en toi un nouveau lieu de rencontres et de discussions, certainement un peu plus mature et professionnel.

Malheureusement, mon cher Google +, à trop vouloir en faire, comme Icare, tu t’es brulé les ailes.

Une adolescence compliquée

Si les ados préfèrent aujourd’hui Tik Tok ou Snapchat, ton adolescence à toi fut assez mouvementée…

Une crise d’identité

Beaucoup de tes disciples n’ont pas toujours compris ce que tu voulais leur dire, ton discours a souvent manqué de clarté, tout comme ton positionnement. Sans oublier certaines de tes décisions, discutables et discutées en leur temps.

Rappelle-toi notamment lorsque tu as interdit l’utilisation de pseudonymes, fermant par la même des comptes de manière arbitraire. Ou encore lorsque tu as remplacé le système de commentaires Youtube par ton propre service, provoquant une vague de mécontentement.

En ne se positionnant pas clairement comme un réseau social et en réunissant trop d’outils au même endroit, Google a rapidement perdu ses utilisateurs.

Une faible adhésion du public

Contrairement à ce que tu disais, les fidèles ne se sont jamais véritablement rassemblés en masse derrière tes idées et ta vision des choses. En 2014, tu revendiquais 540 millions d’utilisateurs, mais parmi eux combien d’actifs et surtout combien étaient au courant… ?

En effet, nous pouvons le dire aujourd’hui, il y a prescription : tu as tout fait pour faire augmenter artificiellement leur nombre. Pour cela, tu as automatiquement créé des comptes Google + à toutes les personnes s’inscrivant à d’autres services de la maison mère comme Gmail, Youtube ou Google Play.

Ce dernier, obligatoire pour tous les utilisateurs d’Android, a donc permis de gonfler les chiffres grâce à l’essor du système d’exploitation mobile.

Comme nous, tu savais que cela n’était que de la poudre aux yeux et quelques mois avant ton dernier souffle tu as même fait preuve d’une grande honnêteté à propos de l’engagement de tes membres 

90% des sessions durent moins de 5 secondes

Google

Au crépuscule de ta vie

Faille de sécurité : le mal du 21e siècle

Au fil des années, avec discrétion et accompagné d’une poignée d’irréductibles, tu as continué de te battre face à la concurrence, jusqu’à ce que la maladie ne vienne frapper en début d’année 2018.

Comment basculer son compte vers Google Currents?
Et vous, regrettez-vous la fermeture de la plateforme sociale? (crédits : Artizon Digital)

Une importante faille de sécurité avait été détectée, impactant environ 500 000 comptes utilisateurs. Soucieux de ton bien-être et de celui de leurs disciples, tes parents ont alors longuement réfléchi à ton avenir et ont finalement pris la décision de ne plus continuer à t’allouer de ressources, estimant que tu ne répondais plus aux attentes des internautes.

Le spectre de l’affaire « Cambridge Analytica » et l’entrée en vigueur du nouveau RGPD ont d’ailleurs probablement contribué à cette terrible sentence.

Un départ précipité

Tu devais partir en douceur après l’été 2019, mais la maladie s’est invitée une nouvelle fois. Un autre bug dans ton code affecta cette fois-ci plus de 50 millions d’inscrits et précipita ainsi ton départ pour le grand voyage.

Tu nous a donc officiellement quittés le 2 avril 2019, laissant derrière toi quelques fidèles de la première heure en pleurs, inconsolables et amers. Et puis il y a ceux qui apprennent ton décès avec étonnement, pensant que tu étais déjà éteint depuis longtemps. Regardons la vérité en face mon cher, tu ne laisseras pas un souvenir impérissable, tout au plus la réminiscence fugace de quelque chose qui aurait pu être grand mais qui n’a jamais vraiment été à la hauteur de la tâche…

Adieu, Google +, bon vent mais sache que nous ne te regretterons pas !


PS : pour les professionnels utilisant la suite Google, la plateforme sociale Google + devient Google Currents.