fbpx

Découvrez la Smart City !

Le monde de demain ?

Vous vous posez là une question très pertinente chers lecteurs ! En effet, la multiplication des outils technologiques, et leurs performances toujours plus avancées, fait de la Smart City un concept littéralement incontournable aujourd’hui. En 2019, 55% de la population mondiale est citadine. De plus, ce chiffre augmentera jusqu’à 68% d’ici 2050 d’après l’ONU (World Urbanization Prospect, 2018). Associez à cela une technologie grimpante dans nos vies et PAF : ça nous fait des smart cities ! Comprenons ensemble ce qu’est ce concept et ce qu’il implique..

La Smart City en tant que concept

Bien que ce concept ne soit pas nouveau, il est néanmoins de plus en plus récurrent dans notre quotidien. Même dans celui des personnes se sentant peu concernées par les nouvelles technologies.

La ville intelligente est-elle une ville connectée ?
L’urbanisation, à l’échelle de la planète, est visible de l’espace.

Avec la Smart City, les performances urbaines ne sont plus seulement le fruit des infrastructures des villes. Mais bel et bien aussi celui de la qualité de la communication et de la qualité du capital social et intellectuel de celles-ci.

Smart City : définition

La Smart City, ou « ville intelligente » en français, est un concept qui intervient en prolongement du concept de la ville durable. Pour tracer de larges traits, ces deux concepts répondent au même objectif de durabilité.

Une ville durable est premièrement une ville capable de perdurer dans le temps. Mais c’est aussi une ville qui respecte l’environnement en développant un urbanisme écologique.

Cependant, plus précisément, et concernant la Smart City, s’ajoute une dimension technologique importante. En effet, la méthode qu’applique la Smart City est en quelque sorte une intelligence collaborative.

Il s’agit donc de combiner deux facteurs pour pouvoir parler de Smart City :

  • Le premier sont les citoyens, en tant qu’acteurs sociaux-économiques.
  • Et le second sont les technologies telles que l’intelligence artificielle et autres nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC).

Ces deux facteurs doivent collaborer et proposer des solutions durables en se mettant au service l’un de l’autre.

Une ville intelligente en tant que concept c'est d'abord la réunion de deux facteurs. Les acteurs économiques et sociaux de la ville et les nouvelles technologies de l'information et de la communication.
Quand l’intelligence collective citoyenne s’allie à l’intelligence artificielle.

Pas d’amalgames

Attention également à ne pas s’y tromper. Car le terme français de « ville intelligente » ne représente pas du tout les mêmes caractéristiques que celui de « Smart City »…

En effet, la ville intelligente représente d’avantage les villes « connectées ».

Alors que la Smart City prend toujours en compte l’humain en tant qu’acteur économique et social ainsi que l’environnement. Bien que a Smart City n’en reste pas moins connectée. Elles auront toutes les deux en effet, comme un de leurs objectifs, d’améliorer la qualité du service urbain notamment.

La Smart City en plusieurs points

Nous allons donc voir plus en détails ce concept. D’où ce concept vient-il ? Qui a théorisé ce concept ? Quels critères spécifiques nous permettent de dire que telle ou telle ville est une Smart City ?

Théorisation

Docteur, enseignant et chercheur à Vienne (Autriche), Rudolf Giffinger est expert en recherches analytiques sur le développement urbain et régional. Ses recherches se focalisent essentiellement sur le développement intra-urbain.

Il réussit à démontrer que les villes doivent s’appuyer sur 6 leviers particuliers pour être considérées comme des Smart Cities.

1. Gouvernance

Ce premier levier peut s’assimiler à l’administration de la citée. Il concerne l’organisation d’événements ainsi que la prise en charge d’imprévus.

2. Économie

Le deuxième critère spécifique à la Smart City concerne la création d’emplois. Il s’agit pour la ville de faire en sorte qu’elle présente le moins de vulnérabilité économique.

3. Mobilité

Le troisième levier énoncé par Rudolf Giffinger concerne les déplacements en ville. Ces déplacements doivent faire partie de ce que l’on appelle la mobilité douce.

La mobilité douce reflétant les déplacements non-motorisés (marche, tramway, trottinette, vélo…) ou raisonnés, tel que le covoiturage.

4. Environnement

Un autre des leviers essentiels sont les espaces verts en ville. Le levier de l’environnement est porté par l’ambition de multiplier les zones vertes.

5. Habitants

Le point des habitants va se concentrer sur le fait qu’ils aient une meilleure santé générale que dans les autres villes.

6. Mode de vie

Enfin, le mode de vie des habitants est un des six leviers qui caractérisent la Smart City. Cette dernière doit en effet comporter des espaces de loisirs conséquents. Ce dernier point prend aussi en compte la qualité des logements des habitants.

Pourquoi parle-t-on de villes intelligentes ?
Les grandes villes tendent à s’harmoniser en fonction de ces six piliers pour perdurer.

Pour conclure

Enfin, ces six leviers s’ajoutent aux théories traditionnelles de croissance et de développement urbain. De plus, ils doivent être considérés un à un comme étant intégrés dans un système global de stockage, de traitement et d’analyse de données.

Les nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) représentent alors un écosystème numérique efficace pour la compréhension et l’intégration de ce concept.